terres à traverser

terres à traverser

X

Date limite desoumission : 18 novembre 2019
Avis sur l’état de la proposition : 27 janvier 2020

télécharger le .pdf

L’AAARC souhaite obtenir les propositions d’artistes, d’écrivains, de critiques, de collectifs, d’administrateurs d’art, de centres d’artistes autogérés, de commissaires et d’autres candidats prêts à faire ce qui suit:

- Partager des performances ou d’autres œuvres
- Organiser des repas ou des ateliers
- Animerdes conversations de groupe
- Présenter ses recherches
- Parler de situations que l’on a vécues ou de défis que l’on a rencontrés
- Exposer des stratégies concrètes et de nouvelles façons de travailler
- Modifier des espaces existants ou intervenir par rapport à ceux-ci
- Créer des espaces destinés au plaisir, à la réflexion et à la détente

Les propositions seront examinées par le comité de commissaires de l’AAARC. Les artistes et les conférenciers invitésseront rémunérés (à untarif supérieur aux tarifs minimums de CARFAC) et recevront un soutien pour l’hébergement et le transport.

AAARC et ARCA remercient le Conseil des arts du Canada, Calgary Arts Development, et le ministière de Patrimoine canadien pour leur soutien.

terres à traverser

X

un rassemblement d'artistes et de
centres d’artistes autogérés en Alberta
À INSCRIRE DANS LE CALENDRIER : 5-8 août 2020

L’Alberta Association of Artist-Run Centres (AAARC), en partenariat avec la Conférence des collectifs et des centres d’artistes autogérés (ARCA), organise un rassemblement transnational d’artistes et de centres d’artistes autogérés qui aura lieu au mois d’août 2020 à Calgary, soit sur les territoires visés par le Traité no 7. Intitulé Terres à traverser, cet événement proposera les pratiques de soins, la réciprocité et le partage de ressources comme mesures d’intervention d’urgence en réaction au climat social et politique actuel, et se présentera comme une occasion de ralliement et une invitation à continuer de concevoir des modèles de savoir-être.

Nous vivons sur ces terres. Ce sont elles qui nous nourrissent. Comment pouvons-nous réorienter nos pratiques de façon à refléter cette réalité? Comment bâtir des relations plus résilientes et durables avec la terre? Comment injecter davantage de bienveillance dans notre relation avec notre travail, avec nous-mêmes et avec les autres?

Que pouvons-nous apprendre les uns des autres à propos de la générosité et du partage et du respect des ressources, par opposition à la façon dont on aborde typiquement la gestion des ressources naturelles, c’est-à-dire en voulant notamment les extraire, se les approprier, les vendre et les brûler? Et si notre conception du professionnalisme et du mérite artistique est fondamentalement liée aux structures occidentales découlant d’une puissance coloniale, quels changements doit-on apporter pour être en mesure d’élaborer une nouvelle grammaire pour l’art contemporain? Terres à traverser vise à soulever ces questions, à provoquer ces conversations.

AAARC et ARCA remercient le Conseil des arts du Canada, Calgary Arts Development, et le ministière de Patrimoine canadien pour leur soutien.

un rassemblement de centres d’artistes autogérés en alberta

5-8 août . 2020

réservez la date
appel
subscribed

terres à traverser

un rassemblement de centres d’artistes autogérés en alberta

5-8 août . 2020

réservez la date

un rassemblement d'artistes et de
centres d’artistes autogérés en Alberta
À INSCRIRE DANS LE CALENDRIER : 5-8 août 2020

L’Alberta Association of Artist-Run Centres (AAARC), en partenariat avec la Conférence des collectifs et des centres d’artistes autogérés (ARCA), organise un rassemblement transnational d’artistes et de centres d’artistes autogérés qui aura lieu au mois d’août 2020 à Calgary, soit sur les territoires visés par le Traité no 7. Intitulé Terres à traverser, cet événement proposera les pratiques de soins, la réciprocité et le partage de ressources comme mesures d’intervention d’urgence en réaction au climat social et politique actuel, et se présentera comme une occasion de ralliement et une invitation à continuer de concevoir des modèles de savoir-être.

Nous vivons sur ces terres. Ce sont elles qui nous nourrissent. Comment pouvons-nous réorienter nos pratiques de façon à refléter cette réalité? Comment bâtir des relations plus résilientes et durables avec la terre? Comment injecter davantage de bienveillance dans notre relation avec notre travail, avec nous-mêmes et avec les autres?

Que pouvons-nous apprendre les uns des autres à propos de la générosité et du partage et du respect des ressources, par opposition à la façon dont on aborde typiquement la gestion des ressources naturelles, c’est-à-dire en voulant notamment les extraire, se les approprier, les vendre et les brûler? Et si notre conception du professionnalisme et du mérite artistique est fondamentalement liée aux structures occidentales découlant d’une puissance coloniale, quels changements doit-on apporter pour être en mesure d’élaborer une nouvelle grammaire pour l’art contemporain? Terres à traverser vise à soulever ces questions, à provoquer ces conversations.

L’inscription débutera en janvier 2020.

AAARC et ARCA remercient le Conseil des arts du Canada, Calgary Arts Development, et le ministière de Patrimoine canadien pour leur soutien.

appel

Date limite desoumission : 18 novembre 2019
Avis sur l’état de la proposition : 27 janvier 2020

télécharger le .pdf

L’AAARC souhaite obtenir les propositions d’artistes, d’écrivains, de critiques, de collectifs, d’administrateurs d’art, de centres d’artistes autogérés, de commissaires et d’autres candidats prêts à faire ce qui suit:

- Partager des performances ou d’autres œuvres
- Organiser des repas ou des ateliers
- Animerdes conversations de groupe
- Présenter ses recherches
- Parler de situations que l’on a vécues ou de défis que l’on a rencontrés
- Exposer des stratégies concrètes et de nouvelles façons de travailler
- Modifier des espaces existants ou intervenir par rapport à ceux-ci
- Créer des espaces destinés au plaisir, à la réflexion et à la détente

Les propositions seront examinées par le comité de commissaires de l’AAARC. Les artistes et les conférenciers invitésseront rémunérés (à untarif supérieur aux tarifs minimums de CARFAC) et recevront un soutien pour l’hébergement et le transport.

L’objectif de Terres à traverser est d’offrir un environnement ouvert et solidaire, où chacun des participants se sent à l’aise de prendre des risques, d’échanger avec ses pairs et d’exprimer son opinion sur des sujets importants. Nous reconnaissons le besoin de créer des espaces plus accueillants et audacieux en ce qui concerne l’organisation d’activités en tous genres, et nous engageons à ce que ces idéaux guident nos efforts.

Les programmes seront présentés en français eten anglais, et des services d’interprétationen langage gestuel seront offerts. Les lieux du rassemblement seront adaptés aux fauteuils roulants et équipés de sièges appropriés, et comporteront des toilettes non genrées. Nous avons l’intention d’offrir un certain nombre de subventions pour le transport et l’inscription, et une grande partie du programme artistique du rassemblement sera offert gratuitement et ouvert au public.

THÈME
Alors que les répercussions des injustices sociales et écologiques passent chaque jour davantage au premier plan, il devient de plus en plus urgent de renégocier notre rapport à la terre. Pour refléter le contexte propre à l’Alberta et y porter un regard critique, le vocabulaire utilisé par les industries d’extractionsera repris à notre façon lors du rassemblement : nous rapprocherons ainsi les concepts de pratiques de soins, de réciprocité, de respect et de partage des ressources et les termes eaux souterraines, substratum rocheux, ressources récupérables et remédiation.

Nous abordons le thème des terres et de nos déplacements sur celles-ci avec l’intention d’honorer les peuples autochtones des régions des cinq traités de l’Alberta tout au long du rassemblement. Terres à traverser se tiendra sur le territoire visé par le Traité no 7, soit les terres ancestrales des Niitsitapi (qui comprend les Premières Nations des Siksikas, Piikani et Kainai), des Tsuut’ina et des îyârhes Nakodabis (qui comprend les Premières Nations des Chiniki, des Bearspaw et des Wesley). Mohkinstsis/Calgarysont aussi les terres de la Nation métisse de l’Alberta, région IV.

Nous vivons sur ces terres. Ce sont elles qui nous nourrissent. Comment pouvons-nous réorienter nos pratiques de façon à refléter cette réalité? Comment bâtir des relations plus résilientes et durables avec la terre? Des relations qui soient basées sur la prise de conscience que la terre prend soin de nous?

Comment injecter davantage de bienveillance dans notre relation avec notre travail, avec nous-mêmes et avec les autres? À l’heure où il nous faut compter avec des structures économiques, écologiques et culturelles complexes, à quoidoivent ressembler les changements institutionnels pour qu’ils soient efficaces et favorables? Quel avenir pouvons-nous imaginer? Terres à traverser vise à soulever ces questions, à provoquer ces conversations.

AUTRES QUESTIONS
Les organismes artistiques dont le fonctionnement est basé sur un modèle d’autogestion ont l’avantage de pouvoir avoir un programme agile et adaptable, mais requièrent néanmoins de la créativité dans un contexte où les ressources sont limitées. Que pouvons-nous apprendre les uns des autres à propos du partage et du respect des ressources, par opposition à la façon dont on aborde typiquement la gestion des ressources naturelles, c’est-à-dire en voulant notamment les extraire, se les approprier, les vendre et les brûler?

Si nous reconnaissons que prendre soin de la communauté, prendre soin de soi-même et faire un travail affectif sont les fondations d’une œuvre centrée sur l’artiste, que pouvons-nous faire pour injecter davantage de bienveillance dans notre relation avec notre travail, avec nous-mêmes et avec les êtres qui nous entourent, humains comme non humains? Comment fait-on preuve de bienveillance entre artistes et au sein de nos organisations? Le fait de mieux comprendre en quoi consiste cette bienveillance nous aidera-t-il à mieux accorder nos organisations aux grands mouvements de société, à mieux diriger nos efforts pour atteindre l’équité etentraîner un changement sociétal positif? Et si notre conception du professionnalisme et du mérite artistique est fondamentalement liée aux structures occidentales découlant d’une puissance coloniale, quels changements doit-on apporter pour être en mesure d’élaborer une nouvelle grammaire pour l’art contemporain?

DIRECTIVES POUR LASOUMISSION D’UNE PROPOSITION
Vous devez envoyer votre proposition à admin@aaarc.ca au plus tard à 23 h 59 (HNR) le lundi 18 novembre 2019. Veuillez indiquer votre nom, votre pronom de préférence et vos coordonnées dans le courriel.

Si la communication écrite ne convient pas à vos besoins, nous vous invitons à nous faire part de vos idées sous forme d’un enregistrement vidéo ou audio.

Autrement, faites-nous parvenir un seul document PDF ou Word contenant :
- uneproposition de projet d’uneseule page;
- unecourte biographie.

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi inclure :
- le budget et besoins techniques de votre projet;
- vos besoins d’accessibilité;
- du matériel de soutien (images ,contenu vidéo, contenu audio, CV);
- une brève démarche artistique ou des renseignements sur votre organisation;
- un lien vers votre (vos) site(s) Web ou compte(s) de médias sociaux.

N’hésitez pas à nous demander davantage de renseignements sur le programme ou le processus de soumission! Pour ce faire, communiquez avec sophia bartholomew, coordinatrice des opérations de l’AAARC, à sophia@aaarc.ca.

-

AAARC et ARCA remercient le Conseil des arts du Canada, Calgary Arts Development, et le ministière de Patrimoine canadien pour leur soutien.