À propos

3 - 8 août. 2021

Dates

Online

Localisation

Terres à traverser fera connaitre le travail d’artistes, d’écrivaines et écrivains, d’organisateurs et organisatrices communautaires et d’autres personnes qui contribuent activement à la tâche sans fin de repenser le monde. Terres à traverser met à l’honneur des conférences de Faye HeavyShield et de Kim TallBear, ainsi que des projets dirigés par l’artiste Christina Battle, le collectif d’art contemporain Ociciwan et le comité organisateur du rassemblement.

Dans le but de reconstruire notre relation aux ressources en privilégiant le dialogue, les pratiques de soin et les stratégies de guérison et de réhabilitation, Terres à traverser nous offre des occasions de nous réunir pour concevoir des façons d’être autrement.

Terres à traverser est un rassemblement virtuel qui réunit des centres d’artistes autogérés. L’évènement, organisé par l’Alberta Association of Artist-run Centres (Association des centres d’artistes autogérés de l’Alberta, AAARC), est présenté en partenariat avec la Conférence des collectifs et des centres d’artistes autogérés (ARCA).

Inscriptions ouvertes


L’évènement est rendu possible grâce au généreux soutien du Conseil des arts du Canada, de la Fondation pour les arts de l’Alberta, du Gouvernement de l’Alberta, de Patrimoine Canada, de Calgary Arts Development et de la fondation Rozsa.

Thème

Parce que les répercussions de l’injustice sociale et environnementale sont de plus en plus visibles, il devient également plus urgent de revoir notre rapport à la terre. Les activités du rassemblement, à la fois reflets et critiques de la situation particulière de l’Alberta, subvertiront le vocabulaire employé par les industries extractives et feront le lien entre les pratiques de soins, la réciprocité, le respect et le partage des ressources, d’une part, et les concepts d’eau souterraine, de sous-sol rocheux, de ressources récupérables et de remédiation ou réhabilitation, d’autre part.

Le thème qui se déploie tout au long de l’évènement – la terre et nous qui la traversons – est un hommage aux peuples autochtones des régions couvertes par les cinq traités en vigueur en Alberta. Terres à traverser se déroulera sur le territoire du Traité no 7, terre ancestrale des Niitsitapis (qui comprennent les Premières Nations Siksika, Piikani et Kainai), de la Première Nation Tsuut’ina et de la Première Nation Iyarhe Nakoda (qui comprend les Premières Nations Chiniki, Bearspaw et Wesley). Mohkínstsis/Calgary correspond également à la Région 3 de la nation Métis de l’Alberta.

Les terres que nous habitons nous donnent ce qu’il nous faut pour vivre ; comment pouvons-nous réorienter nos pratiques de manière à refléter cette réalité ? Comment faire pour bâtir des relations plus résilientes et durables avec la terre, des relations qui reconnaissent que la terre prend soin de nous ? Dans la mesure où nous devons tenir compte de structures économiques, écologiques et culturelles complexes, à quoi pourrait ressembler un changement significatif des institutions ? Quels avenirs pouvons-nous imaginer ?

Que pouvons-nous apprendre les un·e·s des autres au sujet du partage et du respect des ressources, tout en faisant échec à la croyance très répandue selon laquelle les ressources naturelles n’existent que pour être extraites, possédées, vendues ou dépensées ?

Comment prenons-nous soin les un·e·s des autres, en tant qu’artistes et au sein de nos organismes ? Si nous reconnaissons que les notions de soin – celui que nous accordons à nos communautés et celui que nous accordons à nos personnes – et d’effort émotionnel sont aux fondements du travail centré sur les artistes, traiterons-nous ce travail, nous-mêmes et les autres créatures, humaines et non humaines, avec un soin plus grand ? Est-ce que le fait de mieux comprendre le travail de soin peut aider à mettre nos organismes au diapason des mouvements sociaux plus vastes qui s’efforcent d’instaurer l’équité et le changement constructif au sein de la société ? Si nos évaluations du professionnalisme et du mérite artistique sont intrinsèquement liées aux structures occidentales du pouvoir colonial, quels changements devons-nous faire pour que se formule une nouvelle grammaire de l’art contemporain ?

Colis réconfort

Puisqu’il nous est impossible de nous réunir à Mohkínstsis/Calgary, nous allons amener la terre jusqu’à vous ! À titre de personne inscrite au rassemblement, vous aurez la possibilité de recevoir un colis réconfort destiné à vous mettre en relation avec cette terre où vous ne pouvez vous rendre. Le colis réconfort comprend divers articles : gobelet en céramique fait à la main par l’artiste Lauren Chipeur ; viande de bison séchée et thé soigneusement préparés par les ainées nakodas/stoneys Phillomene et Tracey Stevens ; BD risographiée de Lauren Crazybull, et bien d’autres plaisirs !

Le colis réconfort est offert aux 300 premières personnes à s’inscrire.

Contributions

Commissariat
Christina Battle
le collectif d’art contemporain Ociciwan
Comité organisateur

En vedette
KC Adams & Michelle Wilson; Carrie Allison; Glenn Alteen & Nicole Burisch; Zach Ayotte; Kelly Campbell; Christie Carrière, Hannia Cheng & Florence Yee (Tea Base); Lauren Chipeur; Lauren Crazybull; Patrick Cruz; Dawn Saunders Dahl; Louis Fermor; Faye HeavyShield; Nasrin Himada; Nadia Kurd; Grace Law & Wai Ling (aiya哎呀); Missy LeBlanc; Anne Riley & T’uy’t’tanat-Cease Wyss; Dr. Kim TallBear; et aussi...